*

Le Film

Synopsis

Poster

À propos du documentaire

Autrefois, dans pratiquement toutes les villes industrielles coulaient d'innombrables rivières. Les maisons s'érigeaient le long de leurs berges. Les routes embrassaient leurs courbes. Et leur courant permettait d'alimenter moulins et usines. Mais, au fur et à mesure que les villes grandissaient, la pollution envahissait les rivières à tel point qu'elles sont devenues de vrais canaux pour des maladies mortelles telles que le choléra, l'équivalent au XIXe siècle de la peste noire. Alors la solution a été d'enfouir les rivières sous terre et de les fondre aux réseaux d'égout.

Aujourd'hui, sous la ville, elles continuent de couler, hors de la vue et des préoccupations de ses habitants … du moins jusqu'à maintenant. En effet, des citadins se sont lancés dans une quête pour se réapproprier leur environnement naturel. Rivières perdues nous entraîne dans une aventure souterraine, aux quatre coins du monde, en compagnie d'explorateurs urbains clandestins, pour reconstituer l'histoire de ces rivières urbaines perdues, notamment grâce à des cartes d'archives. Nous partons à la recherche de cours d'eau disparus comme la petite rivière Saint-Pierre à Montréal, le ruisseau Garrison à Toronto, la rivière Tyburn à Londres, la rivière Saw Mill à New York, et la rivière Bova-Celato à Brescia, en Italie. Y a-t-il des chances que nous puissions un jour revoir ces rivières? Pour trouver la réponse, nous rencontrerons des penseurs urbains visionnaires, des activistes et des artistes du monde entier.

Bande annonce

Revue de presse

by National Geographic (Prague)
par Festival international du film d'environnment (Paris)
par Martin Nawrath, Blog.Respekt.Cz (Prague)
par Festival international du film d'environnment (Paris)
par Kristal Cooper, Toronto Film Scene (Toronto)
par Angelo Murreda, Torontoist (Toronto)
par Eric Rumble, Alternatives Journal (Canada)
par Melissa Breyer, Mother Nature Network (É.U.)
par Mathias Marchal, Journal Métro (Montréal)
par Geoff Manugh, BLDGBLOG (É.U.)
par Henry Grabar, Atlantic Cities (É.U.)
par Niklas Engstrøm, AOK Guide (Copenhague)
par Humberto DaSilva, Rabble (Toronto)
par Christian MilNeil, Grist (É.U.)
par Daniel Pratt, Exclaim! (Toronto)
par Norman Wilner, NOW Magazine (Toronto)

****
choix du critique - NOW Magazine
“révélateur” – Toronto Sun
“fascinant” – Toronto Star

Télécharger le dossier de presse

Équipe de création

Productrice – Katarina Soukup

Katarina Soukup est une productrice indépendante, qui s’appuie sur 10 ans d’expérience en tant que productrice documentaire et multimédias avec les cinéastes, salués à l’échelle internationale, à l’origine du classique canadien Atanarjuat, la légende de l’homme rapide (Caméra d’or à Cannes en 2001). Lorsqu’elle travaillait pour Isuma, elle a produit et coécrit le documentaire Kiviaq versus Canada (2006) avec le cinéaste renommé Zacharias Kunuk. Katarina Soukup a fondé Les productions Catbird en 2006, à qui on doit les documentaires Umiaq Bateau en peau (Hot Docs, 2008), Là où sont restés les enfants (2009) du réalisateur primé Jobie Weetaluktuk, et Tusarnituuq ! Nagano au pays des Inuits (2009), un documentaire de Félix Lajeunesse qui a été diffusé sur Radio-Canada, ARTV, APTN et SVT-Sweden. Elle produit actuellement le documentaire interactif Jazz Petite-Bourgogne pour Radio-Canada, et le long métrage documentaire Les derniers jours de Vaudeville pour Super Channel.

Scénariste/Réalisatrice – Caroline Bâcle

Scénariste, recherchiste et réalisatrice, Caroline Bâcle a réalisé deux courts métrages de fiction et plus de 20 épisodes de séries documentaires et jeunesse pour la télévision. Elle travaille actuellement sur le script de son deuxième long métrage avec le soutien de la SODEC et de Téléfilm Canada. Elle détient un Baccalauréat (avec distinction) en communication de l’Université Concordia et a récemment terminé le programme de Maîtrise en scénarisation et production cinématographique à l’Université de Westminster, à Londres. Rivières perdues est son premier long métrage documentaire.

Monteur – Howard Golberg

« Façonner une histoire avec de la musique, du rythme, de la couleur, des émotions et du temps : comment peut-on ne pas aimer faire du montage? » Howard Goldberg a travaillé comme monteur sur plus de 40 longs-métrages documentaires incluant How William Shatner changed the world, 2006 (Prix Gemini, Meilleur montage, film ou série documentaire), Undying love, 2004 (Prix Gemini, Meilleur documentaire historique). Il a coécrit et monté The Cola conquest, 2000 (Prix Gemini, meilleur scénario, série documentaire) et réalisé les documentaires Being Dorothy, 2004 (en nomination pour un Prix du meilleur long métrage documentaire de l’IDA) et S&M : short and male (Hot Docs, 2008). Avant de collaborer à Rivières perdues, Howard a fait le montage de Smoketraders (Hot Docs, 2012), I am not a rock star et il a coécrit et monté The G spot : A story of pleasure and promise. Howard vit à Montréal, où il prépare d’autres documentaires et est toujours à l’affût d’un bon montage.

Directeur de la photographie – Alexandre Domingue

À titre de directeur de la photographie, Alexandre Domingue a travaillé à la fois sur des films de fiction et des documentaires. Il a énormément collaboré avec Igloolik Isuma Productions, l’équipe de production inuite qui a signé Atanarjuat, la légende de l’homme rapide (Caméra d’or à Cannes en 2001). Il a participé comme caméraman au long métrage d’Isuma Le jour avant le lendemain (Meilleur premier long métrage canadien au Festival international du film de Toronto en 2008, Sélection officielle du Festival des films de Sundance en 2008). Plus récemment, il était directeur de la photographie sur les documentaires de Catbird, Tusarnituuq ! Nagano au pays des Inuits (2009) et Rivières perdues (2012). Domingue est également propriétaire de Post-moderne, une maison de post-production installée à Montréal.

Animatrice – Eva Cvijanovic

Eva Cvijanovic est une animatrice indépendante qui vit à Montréal. Elle a produit et réalisé deux courts métrages d’animation, construit des décors pour des pantins et des marionnettes, travaillé sur des courts métrages ainsi que sur des documentaires, des vidéos musicales et de projets multimédias. Eva a fait partie en 2011 du programme de stage Hothouse de l’ONF. Elle explore actuellement la magie des arts numériques à l’Université Concordia. Eva est déterminée à propager le virus de l’animation, une image à la fois.

Compositeur – John Wilson

John Wilson est un compositeur montréalais, originaire de Fresno, en Californie. Il a commencé sa carrière professionnelle en étant engagé par Def American Records, de Rick Rubin, pour faire partie du groupe Supreme Love Gods, avant de devenir plus tard membre du groupe pionnier de musique électronique de Jack Dangers, Meat Beat Manifesto. Wilson a étudié la composition avec le compositeur anticonformiste James Tenney pendant qu’il préparait son diplôme d’études supérieures en composition musicale et nouveaux médias à l’Institut des arts de Californie. Durant cette période, John a signé des musiques originales pour toute une série de bandes-annonces de films à grands succès comme Ice age, Gosford Park et Spy kids 3D, tout en composant pour de nombreux longs-métrages. Ses conceptions sonores et ses travaux de composition ont également figuré dans des installations sonores et du théâtre expérimental non textuel aux États-Unis et à Montréal. Son amour du son lui a permis d’orienter sa carrière dans de multiples directions et fonctions pour explorer la diversité du son et son incidence émotionnelle sur la culture et l’environnement.