*

Montréal

Rivière St-Martin

1 de 3
Vaines recherches pour le corps d’une fillette (1)

Zoom
New York Times, March 10, 1921.

Au printemps 1921, une fillette de 8 ans est tombée tête la première dans les profondeurs de système l’égout de la rue Craig, qui canalisait la rivière Saint-Martin à cet endroit. La jeune Lilly Manning était sortie faire des courses avec sa mère et sa petite sœur, Gertrude, au marché Saint-Antoine. Sur le chemin du retour, Lilly, qui traînait un peu à l’arrière comme le font souvent les enfants de 8 ans, est tombée dans les eaux usées par une bouche d’égout qu’un ouvrier de la ville n’avait pas recouverte. La petite a été immédiatement emportée par le fort courant qui parcourait les égouts. Un homme qui avait été témoin de la chute a couru jusqu’à la bouche d’égout suivante pour tenter d’attraper la fillette avant qu’elle ne disparaisse davantage dans le réseau de collecte des eaux usées, mais en vain.


2 de 3
Vaines recherches pour le corps d’une fillette (2)

Zoom
Morning Leader, March 11, 1921.

La police et les pompiers ont ratissé les eaux des égouts avec des grappins à la recherche du corps de la fillette. Dans certaines parties de l’égout, l’eau était si profonde que les sauveteurs n’avaient pas assez de leur grappin pour toucher le fond du tunnel d’égout. Des plongeurs ont été appelés à la rescousse pour se frayer un chemin à travers les eaux usées de la ville dans un ultime effort pour retrouver le corps de la petite Lilly. Un certain nombre de plongeurs ont refusé le travail en voyant l’état des égouts. C’est un audacieux plombier de Verdun, Monsieur C. Choquette, qui a finalement accepté de braver les tunnels menaçants.


3 de 3
Vaines recherches pour le corps d’une fillette (3)

Zoom
McCord Museum: MP-1979.155.395.

Muni d’un casque, d’un scaphandre et de chaussures lestées, Choquette s’est laissé descendre dans les eaux âcres. Évidemment, il y faisait noir comme dans un four, ce qui l’obligeait à avancer à tâtons, en s’appuyant d’un côté puis de l’autre pour se frayer un chemin dans les tunnels. Un article de la Gazette de Montréal daté du 12 mai 1921 décrit la technique de recherche du plombier. « Avec ses pieds, il pouvait sentir s’il y avait quelque chose au fond du canal et avec ses mains, il filtrait l’eau. » Malheureusement, le corps de Lilly Manning n’a jamais été retrouvé. Les employés des égouts étaient déconcertés. Certains pensaient qu’elle avait pu être propulsée et écrasée par les turbines à la station de pompage, tandis que d’autres se demandaient si son corps ne s’était pas logé dans les profondeurs du réseau d’égout de la ville. La nouvelle de l’accident et de la disparition de Lilly a été mentionnée dans le New York Times.