*

Montréal

Petite rivière St-Pierre

1 de 2
Le Styx (1)

Zoom
Soeurs de la Charité de Montréal / les Soeurs Grises.

La petite rivière Saint-Pierre traversait le secteur légèrement à l’ouest de la rue McGill qui était connu sous le nom de « Petit Moulin ». En rejoignant ici le canal Saint-Gabriel, les eaux de la rivière alimentaient le moulin des Sulpiciens. Le secteur a toutefois vite perdu le lustre idyllique de son nom. La rivière n’était habituellement qu’un marécage à cet endroit, à moins d’être arrosée par le flot de la rivière Saint-Pierre, un égout à ciel ouvert qui était une source de pestilence et de maladies mortelles. Lors d’une tentative d’assainissement de ces eaux putrides, on a déversé dans la petite rivière Saint-Pierre 10 000 chargements de gravats issus des décombres des murs de fortification. L’espace vide laissé par les anciens murs est devenu la rue McGill. Pensant que le problème était résolu, les Sulpiciens ont construit un collège classique à cet endroit, entre les rues McGill et William, en 1806. Cependant, malgré ces « améliorations », le débit de la petite rivière Saint-Pierre est resté une menace.


2 de 2
The Styx (2)

Zoom
McCord Museum: I-26802.1.

En 1832, le récit de l’immigrante d’origine écossaise, Catharine Parr Traill, illustre l’état de la rivière. « Nous avons été… accablés par la vapeur méphitique qui s’échappait d’une profonde fosse à ciel ouvert... Ce fossé semblait le réceptacle de toutes les abominations possibles, et suffirait à lui seul à répandre des fièvres malignes dans la ville entière. » La pollution de la rivière Saint-Pierre était si abominable que les étudiants du collège classique l’appelaient « le Styx », la rivière mythique des enfers.