*

Montréal

Lac à la loutre

1 de 5
Un lac perdu (1)

Zoom
Archives STM: Cote: S5/10.6 # 2; ID #: 2-920-037.

En 2007, un article qui déplorait la perte du lac à la Loutre est apparu dans la Gazette de Montréal. Le texte commençait ainsi : « Imaginez-vous en route vers l’est sur l’autoroute 20, et qu’en entrant à Montréal, au lieu de voir toute la laideur d’un dépôt ferroviaire abandonné et de bâtiments industriels délabrés, vous traversiez un parc, une forêt et longiez les rives d’un petit lac ». L’article continuait en exposant les plans de trois promoteurs soucieux de restaurer l’habitat naturel qui existait autrefois, là où se situe aujourd’hui un complexe industriel largement abandonné et délabré aux abords de la ville.


2 de 5
Un lac perdu (2)

Zoom
Archives STM: Box 104/ Cote S5/10.5 # 3/ ID# 5-913-001.

Les descriptions de l’ancien lac à la Loutre varient. Certains documents le décrivent comme un lac peu profond, tandis que d’autres font référence à un grand marais. L’état du lac semblait dépendre du moment de l’année : son niveau augmentait avec la fonte des neiges au printemps et redescendait pendant les mois plus secs de l’été. La seule chose dont nous soyons certains, c’est que le lac n’existe plus.


3 de 5
Un lac perdu (3)

Zoom
BANQ (EZ Massicotte)

C’est la construction du Canal Lachine qui a mené à l’ultime disparition du lac. Des plans pour un canal permettant aux bateaux de contourner les rapides avaient été à l’étude pendant des siècles avant qu’il soit finalement réalisé en 1824. Les 13 kilomètres de cette voie navigable qui s’étend de Lachine aux Vieux-Port de Montréal ont nécessité 3 ans de travaux et passent directement par l’ancien lac à la Loutre. Les roches et la terre extraites pendant les travaux ont servi à remplir le lac autour de la nouvelle voie d’eau.


4 de 5
Un lac perdu (4)

Zoom

Un article dans l’ancien journal The Montreal Star daté du 19 juin 1937 parle de la disparition du lac à la Loutre. « Il n’y a pas de véritable registre de la disparition du lac, car cela s’est fait graduellement, jour après jour. Le lac superficiel s’est asséché pour faire place à un marais relativement profond, puis à un terrain sec avec des zones marécageuses et aujourd’hui, à des marécages occasionnels reliés à ces tranchées de drainage. C’est comme cela que les lacs disparaissent. »


5 de 5
Un lac perdu (5)

Zoom
Adrien Dubuc photographe, August 5th 1949. Société Historique de St-Henri.

L’emplacement de l’ancien lac a été complètement industrialisé. L’échangeur Turcot, parfois également appelé le « spaghetti Turcot », est un réseau complexe d’autoroutes qui se dresse au-dessus de cette ancienne masse d’eau. Au sol, on trouve des lignes de chemin de fer du CN, une gare de marchandises et une série de bâtiments industriels : des entrepôts et des usines, dont certaines sont encore en exploitation, alors que d’autres sont désaffectées depuis longtemps. Ce qu’il adviendra de ce lieu oublié est encore à déterminer. L’avenir de l’échangeur Turcot fait actuellement l’objet de débats passionnés.