*

Montréal

Rivière St-Martin

1 de 3
Les tanneries 1 (St-Antoine + Université)

Zoom
Library and Archives Canada / PA-020598

Au XVIIe siècle, les premières tanneries ont commencé à apparaître aux postes de traite des fourrures, le long des rivières Saint-Martin et Saint-Pierre dans Ville-Marie. Les matières premières, principalement la peau des vaches, des taureaux, des veaux et des moutons, étaient transportées jusqu’aux postes de traite pour être transformées en biens commercialisables. Les tanneries étaient responsables de tout le travail du cuir, des selles aux chaussures.


2 de 3
Les tanneries 2 (St-Jacques + Université)

Zoom
Canada. Dept. of Mines and Resources / Library and Archives Canada / PA-020599

Le tannage des peaux est un processus sale qui nécessite beaucoup de place et d’eau. Il fallait enlever les poils des peaux brutes, les sécher avec des sels, les laver à la chaux avant de les traiter avec du fumier de poulet. Chacune de ces étapes était ponctuée par un trempage et un rinçage abondant de la peau. Pendant le processus, les restes de sel, de tanins, de fourrure, de graisse, de fumier de poulet et les rognures de cuir s’accumulaient. Ces déchets issus du tannage étaient jetés dans la rivière Saint-Martin sans même y penser. Petit à petit, les déchets des tanneries ont commencé à s’accumuler le long des berges de la rivière, dégageant des odeurs putrides.


3 de 3
Les tanneries 3 (Monfort + Notre-Dame)

Zoom
Library and Archives Canada, Archival reference no. R6990-873-X-E.

Au fur et à mesure que Ville-Marie se développait, la population croissante a fini par ne plus supporter les tanneries. Il était évident que les tanneries de cuir et les gens ne pouvaient pas vraiment coexister. Finalement, les tanneries ont été reléguées plus à l’ouest, à l’extérieur des murs de la ville, le long de la rivière Saint-Pierre et du ruisseau Glen. Gabriel Rolland, qui au milieu du XVIIIe siècle possédait un certain nombre de tanneries dans le village dit Saint-Henri des Tanneries, a commencé sa carrière comme apprenti dans les tanneries de Ville-Marie en 1706. Il est devenu maître tanneur en 1713.