*

Montréal

Ruisseau Glen

1 de 2
Genius Loci (1)

Zoom
Archives nationales du Canada, PA-109975.

Au milieu des années 1890, l’urbanisation était bien engagée à Westmount. Des plans pour un système complet d’égouts et d’évacuation des eaux avaient été dressés à la fois pour des rues existantes et pour des rues à venir dans un futur proche. On a construit une centrale électrique municipale, les trottoirs en planche ont été remplacés par des trottoirs en béton, des services de déneigement et de collecte des ordures ont été instaurés et en 1907, plus de 35 km de routes avaient été asphaltés. À chaque étape du progrès, les voies d’eau naturelles de la ville, qui alimentaient le ruisseau Glen au pied de la colline, disparaissaient : certains ruisseaux étaient détournés sous terre, tandis que d’autres étaient comblés et totalement enterrés. À jamais.


2 de 2
Genius Loci (2)

Zoom
McCord Museum, MP-0000.886.10.

Alors que Westmount changeait, les citoyens de la municipalité faisaient des efforts concertés pour préserver le caractère naturel du parc. En effet, le style de jardinage de l’époque insistait sur la beauté naturelle par rapport à la formalité, favorisant des endroits isolés pour s’asseoir et des allées sinueuses, ombragées par des arbres et bordées de vignes grimpantes. L’atmosphère du parc était conforme à son « genius loci » ou au génie du lieu, un concept élaboré par le poète du XVIIIe siècle Alexander Pope, qui a écrit : « On ne doit jamais oublier la nature… En chaque chose, respectez le génie du lieu ».