*

Montréal

Ruisseau Glen

1 de 3
La vieille boulangerie POM (1)

Zoom
Dent Harrison and the POM Bakery of Montreal, 1890-1980 , Betty Guernsey.

Un des nombreux ruisseaux à se jeter dans le Glen coulait sous la première manufacture industrielle d’importance de Westmount, la boulangerie POM pour « Pride of Montreal » (la fierté de Montréal). Les fondateurs de la boulangerie, Dent Harrison et Thomas Allat, ont démarré leurs activités dans une petite maison de Pointe Saint-Charles en 1889 avec un réchaud à gaz à trois feux et la recette de crumpets de Hartley, l’oncle de Harrison. Les deux hommes cuisinaient la nuit et faisaient du porte-à-porte le lendemain pour vendre leurs crumpets. Ils ont bâti leur clientèle parmi les ouvriers d’origine irlandaise et anglaise qui travaillaient pour le Grand Trunk Railway à Pointe Saint-Charles. En un an, Harrison et Allat avaient réussi à ouvrir une petite boulangerie qui, par hasard, se trouvait à quelques pas du premier grand magasin de James A. Ogilvy, sur la rue Saint-Antoine.


2 de 3
La vieille boulangerie POM (2)

Zoom
Dent Harrison and the POM Bakery of Montreal, 1890-1980 , by Betty Guernsey.

À la recherche d’un moyen pour développer leurs affaires, Harrison, un passionné de machines et un fervent innovateur, a inventé le premier pétrin mécanique canadien en 1898. Une décennie plus tard, les deux hommes ont construit leur premier four industriel qui a cuit 3 300 pains lors de sa première nuit en fonction! En 1916, Harrison et Allat avaient fondé la plus grande manufacture de Westmount.


3 de 3
La vieille boulangerie POM (3)

Zoom
Dent Harrison and the POM Bakery of Montreal, 1890-1980, Betty Guernsey.

En 1930, après cinq ans loin de la boulangerie pour cause de mauvaise santé, Harrison a décidé de revenir dans l’industrie en compagnie de ses fils. Ils ont acheté le terrain au coin de la rue Sainte-Catherine et Glen pour ouvrir la boulangerie POM. En 1986, la boulangerie POM était à l’étroit dans ses bâtiments de Sainte-Catherine et Glen et elle a déménagé dans l’est de Montréal. Les Harrison ont vendu la propriété à des promoteurs qui en ont fait les appartements de luxe qui se trouvent à cet endroit aujourd’hui.