*

Montréal

Ruisseau Glen

1 de 2
Enfouir le ruisseau Glen (1)

Zoom
McCord Museum: MP-0000.1671.5.

La constitution en ville de Côte Saint-Antoine en 1890 faisait partie d’un processus d’urbanisation plus grand. Le conseil municipal était conscient que pour attirer de nouveaux habitants, des commerces et des entreprises, il fallait faire de Côte Saint- Antoine un endroit agréable à vivre. En plus des plans pour ouvrir un parc local, le conseil a commencé à instituer des services municipaux. Un des premiers points inscrits à ce nouvel ordre du jour concernait la construction d’un système d’égouts et d’évacuation des eaux.


2 de 2
Enfuire le ruisseau Glen (2)

Zoom
Bibliothèque et archives nationales du Québec, no. identification: 107612.

Le nouveau réseau d’égouts de Côte Saint-Antoine, qui est toujours en usage aujourd’hui, est ce qu’on appelle un système mixte ou unitaire. Il transporte les eaux usées domestiques et les eaux résiduaires industrielles ainsi que les eaux de ruissellement, et s’appuie sur les cours d’eau naturels pour faire circuler les eaux d’égout. Le projet dépendait donc de l’intégration de bon nombre des ruisseaux qui alimentaient et en fin de compte constituaient le ruisseau Glen. Le nouveau système d’égouts devait partir de Côte Saint-Antoine et descendre en direction du village Saint-Henri des Tanneries pour finir au point de collecte dans la rivière Saint-Pierre. Il y a un égout au milieu de la rue, juste en face de l’arche où vous pouvez encore entendre les eaux vives du Glen.