*

Montréal

Petite rivière St-Pierre

1 de 3
La petite St-Pierre est enfouie sous terre (1)

Zoom
McCord Museum: MP-0000.268.5.

Le processus d’urbanisation alors que Fort Ville-Marie devenait Montréal a apporté son lot de problèmes des temps modernes sans aucune des solutions propres à l’époque. Au début du XIXe siècle, la pollution de la rivière Saint-Pierre était devenue endémique. Ce n’était plus guère qu’un égout à ciel ouvert et un canal pour les maladies et les bactéries. Tout le monde, des résidants locaux aux usines, déversait ses déchets dans cette rivière étroite sans hésiter. Des paillasses aux carcasses animales, on pouvait tout apercevoir en train de descendre la rivière Saint-Pierre en direction du Saint Laurent. C’est l’épidémie de choléra qui a frappé la ville en 1832 qui a incité à enquêter pour la première fois sur la négligence des égouts à ciel ouvert.


2 de 3
La petite St-Pierre est enfouie sous terre (2)

Zoom
Andrew Emond.

Ce n’est qu’après une vaste campagne de persuasion menée par des citoyens inquiets et par des médecins, que le premier égout de Montréal a été achevé en 1838. La petite rivière Saint-Pierre a été enfouie dans ce nouveau système, et ces eaux putrides ont disparu de la vue et de l’esprit des gens. L’égout parcourait une distance impressionnante de 350 mètres sous terre, allant de la rue McGill d’aujourd’hui à Pointe à-Callière dans le Vieux-Port, avant de se déverser dans le Saint-Laurent. Ce nouveau système a été baptisé Collecteur William d’après l’ingénieur qui l’avait conçu. À l’époque, le collecteur William était en avance sur son temps. Il était considéré comme un bijou d’ingénierie qui exprimait la fierté des citoyens de cette métropole en pleine expansion.


3 de 3
La petite St-Pierre est enfouie sous terre (3)

Zoom
Montreal Archives: VM66,S4,P029.

Près de deux cents ans après que Champlain eut désigné les rives de la petite rivière Saint-Pierre comme l’emplacement idéal pour s’installer, la « petite rivière qui va assez haut dedans les terres » a été recouverte. Entre 1832 et 1838, on a construit un système d’égouts en pierres qui a relégué la petite rivière Saint-Pierre au rang des nouveaux canaux construits sous la ville.